Charte Erasmus

 

Déclaration en matière de stratégie Erasmus +

 

L’ouverture à l’international est l’un des axes principaux du projet d’établissement 2017/2022 du Lycée Charles Carnus qui souhaite développer ses échanges avec des partenaires de l’enseignement supérieur professionnel européen.

Nous souhaitons :

– développer l’employabilité de nos étudiants, en les aidant à mieux appréhender la mobilité régionale, nationale et internationale afin d’acquérir autonomie, confiance en eux et adaptabilité.

– encourager nos étudiants à la pratique des langues étrangères et à l’ouverture culturelle.

C’est pourquoi, depuis plusieurs années, nous sommes accrédités afin d’accueillir des Volontaires du Service Européen, qui viennent renforcer l’équipe mobilité de l’établissement.

Nous soutenons également les voyages à l’étranger organisés par nos étudiants en lien avec leurs enseignants, afin qu’ils puissent devenir autonomes dans l’organisation d’une mobilité, pratiquer la langue étrangère qu’ils étudient en contexte, découvrir d’autres cultures, mais aussi rencontrer des étudiants suivant un cursus similaire.

Les étudiants sont invités à participer à des “Cafés des Langues” afin de pratiquer les langues étrangères en contexte.

 

Depuis 4 ou 5 ans, le Lycée Charles Carnus fait partie du Comité de Pilotage du Festival de la Mobilité et de l’Engagement aux côtés d’organismes départementaux (DDCSPP, AFEV , IJ, FOL et Compagnons du Devoir). L’objectif est d’informer les jeunes sur les possibilités de mobilité.

Nous sommes depuis 1 an membres du Collectif départemental pour la mobilité internationale copiloté par l’Information Jeunesse et les Francas et réunissant la responsable REIJ, la CCI, l’IUT, …

 

  1. a) Choix des partenaires :

 

Nous avons, en 2014, rencontré un manipulateur espagnol travaillant en France nous proposant de nous mettre en contact avec l’établissement espagnol dans lequel il a fait sa formation.

Par la suite, les étudiants du DTS IMRT (Diplôme de Technicien Supérieur en Imagerie Médicale et Radiologie Thérapeutique) se sont rendus :

– en 2014, à la London South Bank University.

– En 2018, en Irlande à Trinity College Dublin et University College Dublin.

La LSBU et UCD sont disposées à établir des liens avec notre établissement si nous sommes en-chartés.

En 2019, nous allons devenir membres de la branche éducation de l’EFRS (European Federation of Radiographers Society) et pouvoir être en relation avec la soixantaine d’établissements européens déjà membres, nous ouvrant des possibilités d’échanges Erasmus.

 

En 2018, notre professeur d’Espagnol a rencontré l’établissement Juan de Colonia, à Burgos (Espagne) qui dispense des formations de Ciclo Formativo de Grado Superior correspondant à notre BTS. Deux formations pourraient correspondre à nos BTS GPME (Gestion de la Petite et Moyenne Entreprise) et MCO (Management Commercial Opérationnel), cependant, nous devons avoir une charte Erasmus.

 

  1. b) Zone géographique :

 

Plus particulièrement intéressés pour établir des partenariats avec les sphères hispanophone et anglophone de l’Union Européenne, car ce sont les deux langues étrangères que nos étudiants apprennent. Mais nous sommes prêts à travailler avec tout pays membre ou partenaire si nous pouvons avoir des projets communs et partager une langue de communication.

 

  1. c) Groupes cibles les plus importants :

 

Les étudiants en imagerie médicale (Diplôme de Technicien Supérieur en Imagerie Médicale et Radiologie Thérapeutique), car ils regrettent de ne pas avoir suffisamment de cours de langues dans leur cursus, alors qu’ils savent que cela sera important dans leur emploi futur afin d’assurer une meilleure prise en charge de leurs patients. D’autre part, certains pourraient envisager un complément de formation sur un sujet spécifique dans un autre pays européen plus pointu dans l’un de leurs domaines d’étude.

Nous souhaiterions pouvoir entrer dans un réseau d’établissements européens spécialisés dans ce domaine.

Les étudiants en BTS MCO (Management Commercial Opérationnel) et en BTS GPME (Gestion de la Petite et Moyenne Entreprise) peuvent effectuer leur stage obligatoire à l’étranger, ce qui leur donnerait des compétences complémentaires afin de trouver un emploi.

Tout enseignant et membre du personnel du lycée sera encouragé à effectuer une mobilité afin d’améliorer certaines compétences.

A l’avenir, nous espérons progressivement pouvoir encourager d’autres sections de Techniciens Supérieurs présents dans notre établissement à participer à la mobilité, par exemple, les sections industrielles.

 

Stratégie pour l’organisation et la mise en œuvre de projets :

La mobilité de crédit pour les étudiants préparant un grade licence à des fins d’études et/ou de stages dans les entreprises :

 

Ce projet concerne les étudiants du DTS IMRT (Diplôme de Technicien Supérieur en Imagerie Médicale et Radiologie Thérapeutique), une formation qui se déroule en 3 ans et permet d’acquérir un grade Licence. Ceci sera notre premier projet, car il est le plus avancé.

Nous avons déjà rencontré un partenaire qui est prêt à travailler avec nous si nous avons une Charte Erasmus pour l’Enseignement Supérieur.

Nous allons donc reprendre contact avec University College Dublin afin de mettre en place un accord interinstitutionnel qui nous permette de préparer les bases d’un échange de mobilités à des fins d’études et/ou à des fins de stages. Nous pensons qu’il est primordial d’avoir un établissement partenaire afin de pouvoir accéder à des lieux de stage, car nous devons avoir un intermédiaire qui ait des hôpitaux ou centres d’imagerie médicale avec qui il a l’habitude de travailler et qui puisse assurer le suivi de nos étudiants sur place. Bien sûr, nous envisageons de faire de même de notre côté. Nous essayerons de trouver quel est le moment le plus opportun pour les étudiants entrants de se joindre à nos propres étudiants et contacterons les hôpitaux et centres de soin avec qui nous avons l’habitude de travailler afin de trouver des stages pour les étudiants étrangers pendant leur période de mobilité et assurerons leur suivi. Nous savons que les étudiants irlandais effectuent leur formation en 4 années et qu’ils ont dans leur cursus la possibilité de suivre un cursus à l’étranger. L’établissement que nous avons rencontré a des établissements partenaires dans le monde entier, mais aucun en France pour l’instant.

 

La mobilité de crédit pour les étudiants au niveau du cycle court à des fins d’études et/ou de stages dans les entreprises :

 

Nous souhaitons mettre en place des mobilités à des fins de stages et pourquoi pas à des fins d’études pour les étudiants en BTS MCO (Brevet de Technicien Supérieur en Management Commercial Opérationnel) et en BTS GPME (Brevet de Technicien Supérieur en Gestion de la Petite et Moyenne Entreprise).

 

Nous envisageons de rechercher des établissements offrant des formations similaires, de mettre en place des échanges via la plateforme e-twinning, par exemple, ou bien d’organiser avec nos étudiants des voyages, afin de rencontrer dans un premier temps l’équipe éducative et des étudiants, mais aussi des entreprises à proximité, puis, si nos formations sont compatibles, de mettre en place des mobilités de stage et / ou de formations.

 

Ces deux BTS tertiaires mentionnent dans leur référentiel que les stages prévus sont possibles à l’étranger.

Bien entendu, nous devrons mettre en place des accords interinstitutionnels.

L’accueil d’étudiants étrangers accentuera notre collaboration avec les entreprises locales, car nous devrons accompagner les futurs stagiaires dans leur recherche de stage. Nous devrons mettre en place une stratégie afin de lister les entreprises intéressées par la candidature d’étudiants étrangers.

 

La mobilité du personnel

 

Depuis plusieurs années, plusieurs membres de notre personnel sont motivés par une expérience dans un autre pays européen qui leur permettrait de se former sur des sujets relatifs à leurs enseignements, mais aussi de comparer leurs pratiques, dans le but d’améliorer leur pédagogie, mais aussi de travailler les langues étrangères afin de mieux gérer les relations inter établissements, ainsi qu’avec les entreprises partenaires au sein desquelles nos étudiants seront en stage.

Une expérience à l’étranger pour notre personnel administratif pourrait également être un plus et permettre de mieux les associer à l’adaptation nécessaire que requiert l’accueil d’étudiants et d’enseignants étrangers. Cela ne pourra que valoriser leur travail, ainsi que leur rôle au sein de l’établissement.

 

Quels types de projets de coopération en matière d’innovation et de bonnes pratiques ? :

Partenariats stratégiques :

Notre professeur d’Espagnol a déjà entamé des recherches lors de séjours en Espagne, afin de trouver des établissements avec lesquels nous pourrions collaborer. Ainsi, nous savons que le diplôme espagnol correspondant au BTS est le Ciclo Formativo de Grado Superior.

L’établissement Juan de Colonia à Burgos nous a suggéré de les recontacter quand nous aurions la Charte Erasmus car un projet KA 202 semblait envisageable avec nos BTS GPME et MCO.

D’autre part, notre inscription à l’EFRS devrait nous permettre à l’avenir de participer à des projets européens.

 

Impact escompté de notre participation au Programme sur la modernisation de notre établissement :

Faire correspondre le développement des compétences de l’Enseignement supérieur aux besoins du marché du travail:

Nos stagiaires pourront s’inspirer des idées qu’ils auront découvertes ailleurs et les appliquer dans leurs futures entreprises.

Nous devrions permettre d’accroître le lien EES – entreprises en France et à l’étranger.

La maîtrise des langues vivantes sera améliorée, ce qui est un point positif dans un univers mondialisé.

 

Rendre l’Enseignement Supérieur accessible au plus grand nombre et plus ouvert et en accroître la dimension d’intégration sociale :

Depuis quelques années, nous vivons une arrivée massive d’étudiants en provenance de l’enseignement professionnel, qui ont souvent du mal à s’adapter à l’enseignement supérieur.

Nous pensons que l’ouverture culturelle à l’Europe, ainsi qu’une meilleure maîtrise des langues vivantes, renverra les candidats à des mobilités à leur propre culture et au besoin d’en connaître davantage, ainsi qu’à leur langue maternelle et à la nécessité de bien la maîtriser car elle peut être source de malentendus.

Nous pensons que le résultat à long terme devrait être davantage d’ouverture culturelle et de respect de la différence, engendrant une meilleure intégration sociale.

 

Renforcer la capacité d’innovation de l’Enseignement Supérieur :

Si enseignants et étudiants en Imagerie Médicale communiquent avec d’autres EES européens, cela peut générer des formations à distance, mais aussi, à long terme la participation à des formations au sein de l’Espace Européen de l’Education.

Nous avons déjà commencé à travailler avec nos Volontaires du Service Européen, afin d’améliorer nos pratiques de l’enseignement des Langues Vivantes, mais nous pourrons poursuivre en échangeant avec des enseignants d’autres pays européens.

Nous pourrons inclure à part entière l’enseignement non formel dans l’enseignement formel. En effet, nous essayons de proposer différents moyens à nos étudiants de pratiquer les langues vivantes. Tout d’abord, en leur proposant de participer à un Café des Langues mensuel que l’équipe mobilité organise dans un café de la ville. Ce moment est ouvert à toute personne souhaitant pratiquer les langues vivantes de son choix. Pour inciter ceux qui ne se sentent pas encore suffisamment compétents, nous avons imaginé des Cafés de Carnus, auxquels nous invitons des personnes natives d’un autre pays afin d’échanger dans sa langue maternelle avec nos étudiants et enseignants sur un sujet spécifique. Nous proposons aussi, en collaboration avec la Médiathèque de Rodez d’animer des débats en langues étrangères suite à la projection dans leurs locaux d’un film documentaire dans cette même langue.

Consulter les étudiants, échanger avec des personnes extérieures nous permettra de proposer des projets plus larges qui pourront être soutenus et encouragés si nos professeurs s’enrichissent de leurs séjours ailleurs et d’idées nouvelles.

Notre EES devrait avoir une ouverture plus grande sur le territoire, lui permettant de créer des partenariats avec des intervenants locaux et internationaux en leur permettant de se rencontrer et d’échanger.

 

Améliorer l’efficacité et l’efficience de l’Enseignement Supérieur :

– Communication interne et externe accrues

– Devenir membre de la branche éducation de l’EFRS nous permettra de rencontrer des EES dans toute l’Europe, d’échanger et de comparer nos formations.

– Ouverture des réseaux d’entreprises partenaires au niveau international, permettant d’échanger nos pratiques et expériences et ainsi, d’activer le “triangle de la connaissance”.

– Meilleure employabilité des étudiants sur le marché du travail.

– Motivation accrue des enseignants et du personnel administratif par une meilleure reconnaissance de leur travail.

– L’équipe mobilité permet des partages d’expériences. Cette dernière est au cœur de la politique internationale de l’établissement et tente de mettre en relation les différentes personnes et de stimuler tous les acteurs à entreprendre une mobilité.

– Travail en collaboration avec des organismes locaux, régionaux et internationaux qui  facilite la mobilité internationale de tous les acteurs soutenue par les Forums de la Mobilité et de l’Engagement et les activités des Volontaires SVE (Service du Volontariat Européen) / CES (Corps Européen de Solidarité).